samedi 9 décembre 2017

Prévenir la dégénérescence liée à l'âge grâce aux jeux vidéo !

Peut-on envisager des jeux qui cibleraient de façon prĂ©cise la croissance cĂ©rĂ©brale, histoire de compenser le processus de dĂ©gĂ©nĂ©rescence liĂ©e Ă  l'âge ? 

Un jeu spécialement conçu pour les plus de 60 ans


C'est ce qu'à voulu savoir une chercheuse par le biais d'une étude menée conjointement avec des concepteurs de jeux vidéo. Leur cible : les personnes de plus de 60 ans. Le postulat de départ, c'est que les personnes âgées ont souvent plus de mal à annuler une action au dernier moment. Les psychologues parlent d'auto-contrôle ou d'inhibition lorsqu'on renonce au dernier moment à l'action qu'on s'apprêtait à réaliser. Ils ont donc imaginé un jeu pour entraîner régulièrement cette faculté afin de l'améliorer. Les chercheurs savent d'ailleurs précisément à quelle zone cérébrale, elle est associée. A quoi ressemble ce jeu, capable de cibler cette région et de favoriser son développement ? Première étape : créer un prototype physique. Les concepteurs esquissent les principes de base à l'aide d'objets en bois. La structure est très simple : le joueur dispose d'une assiette et des objets différents apparaissent en haut de l'écran. On peut prendre les objets en les tirant jusque dans l'assiette. Dès que les règles élémentaires du jeu sont fixées, on passe à la conception digitale. Il faut écrire le programme et adapter le design au groupe de joueurs ciblé : les plus de 60 ans peu familiers des jeux vidéo. Le résultat un jeu avec une règle bien définie : en tant que passager d'un bateau de croisière, il faut prendre des aliments du buffet et les déposer le plus vite possible dans son assiette. Mais attention, il faut aussi s'apercevoir à temps qu'une tong par exemple, ne se mange pas et ainsi interrompre son mouvement. Le jeu ne doit être ni trop facile ni trop difficile mais s'adapter aux joueurs. Le jeu réagit aux progrès individuels de chaque joueur au cours de la partie. S'il s'agit d'un joueur très rapide, il sera rapidement confronté à de nouvelles tâches un peu plus compliquées. S'il est lent, la difficulté augmentera plus lentement. La phase d'étude effective dure 8 semaines. Les participants ont pour seule consigne de jouer aux jeux vidéo 30 minutes par jour, chaque jour, tout en restant libre de choisir l'heure et l'endroit. Quel impact le jeu a -t-il sur leurs cerveaux ? Les participants ont ensuite passé une IRM qui a montré qu'effectivement les zones cérébrales ciblées avaient gagné en volume. D'un point de vue scientifique, c'est formidable d'être parvenu à identifier clairement une fonction cognitive, puis de la stimuler avec un jeu vidéo et de constater un effet de plasticité cérébrale exactement à l'endroit désiré. Cela ouvre la porte à la création d'une quantité de jeux vidéo qui pourraient solliciter et faire travailler des fonctions cognitives précises. Plus le cerveau serait entraîné par ces jeux spécialisés, plus il deviendrait facile d'effectuer les tâches demandées. La médecine imagine déjà des jeux vidéo pour rééduquer les personnes ayant eu un AVC ou présentant un début de démence sénile. Une avancée scientifique prometteuse grâce aux jeux vidéo !

Viralbooster Team

Auteur et Ă©diteur

Arnaud Druot est le fondateur de Viralbooster. Spécialiste de la gamification(ludification), Arnaud est également rédacteur web.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire